Découvrez la bande annonce du film « 50 nuances de Grey »

Après des mois d’attente, les fans de Christian Grey et d’Anastasia Steele, héros du best seller sado-maso soft « Fifty shades of Grey » (« Cinquante nuances de Grey » en français), peuvent enfin découvrir la première bande annonce officielle de la version cinématographique du roman de E.L. James (vendu à 100 millions d’exemplaires à travers le monde en pas moins de 51 langues).
Réalisé par Sam Taylor-Johnson, le film dont la sortie était prévue initialement pour le 1er août 2014, sera finalement projeté dans les salles américaines à partir du…

Pour lire la site et voir la bande annonce en français, cliquez ici.

banniere-nuitelastique-simple

banniere-nuitgirlpower-simple

Un nouveau classique de l’érotisme SM ?

Ce livre n’est pas du tout ce à quoi l’on s’attend, les allusions à « Histoire d’O » et autres ouvrages de ce type y sont nombreuses et justifiées et il n’est pas à mettre entre toutes les mains ! Il démarre très fort puisque dès la première page nous avons droit à une scène de soumission assez explicite, et pourtant, nous avons plus affaire à une approche intellectualisée et descriptive des rapports dominants-soumis, ainsi que des pratiques (extrêmes aussi!) diverses avec évocation du matériel utilisé, qu’à des scènes de sexe débridées. Le style de l’auteur est élégant et raffiné, même si certains termes restent crus, il n’y a ici aucune sensualité dans les actes et pourtant la narration nous implique, nous alpague dans ce récit de manière à ce que nous ayons envie de l’écouter, de suivre ses pérégrinations dans le monde du BDSM. Aucune comparaison ne peut être faite avec FSOG et autres romans dans cette veine!

Carrie, jeune étudiante intelligente se découvre de sombres désirs sexuels qu’elle ne parvient pas à analyser, mais est prête à s’en remettre à Jonathan, architecte riche qu’elle a rencontré lors d’une étrange soirée au cours de laquelle ce dernier lui a annoncé sans préambule qu’il la voulait pour esclave. Elle va nous décrire son parcours initiatique durant lequel elle eut souvent l’impression d’être l’objet de son maitre, eut souvent le désir de se rebeller mais tel un drogué accroc revenait toujours subir coups, avilissements et humiliations(des baisers pareils à des gifles est une phrase qui reste en mémoire)… Mais c’était au départ, pour qu’elle comprenne, se modèle, progresse, devienne ce qu’il veut qu’elle soit tout en conservant son intelligence. Et malgré ces faits, rien de glauque ni de répugnant, c’est osé et audacieux et si bien décrit.

C’est un erotica, il ne faut pas s’attendre à de belles scènes érotiques qui stimulent notre libido. La relation que se tisse entre Carrie et Jonathan n’a aucune dimension sentimentale, il la qualifie de « pornotopie », c’est l’apprentissage d’une sexualité que le Maitre a décelé chez sa soumise et qu’ils explorent, exploitent, ensemble. Il la façonne selon ses désirs à lui, et la laisse vivre sa vie lorsqu’elle quitte son bureau. On ne sait pas ce que ressent Jonathan ni à quel point il s’implique, puis un jour il décide de la vendre aux enchères, pratique courante dans ce milieu, la soumise devenant la propriété certifiée par contrat de son nouveau maitre. Elle accepte de poursuivre son aventure sexuelle jusqu’au bout, mais va devoir poursuivre sa formation dans un ranch ou les esclaves sont les bêtes à mater!

Ce livre est intrigant, désopilant, dérangeant mais tellement accrocheur, il pousse à la réflexion en plus d’être superbement écrit. Il est sans cesse sur le fil du rasoir sans jamais tomber dans la vulgarité ni l’horreur. On sent les manifestations de rébellion de Carrie mais on ne comprend jamais trop pourquoi elle poursuit, qu’est-ce qu’elle cherche? Où veut-elle en venir ? On en a des idées mais jamais de certitudes. Elle est intelligente mais s’avilit toujours plus, alors que souvent elle veut prendre ses jambes à son cou. Comme mentionné au départ, ne vous attendez pas à de l’érotisme émoustillant, là n’est pas le but de cette histoire. C’est un pari osé qui nous poursuit une fois la dernière ligne lue! Une suite est prévue sous le titre de « jeux dangereux », difficile de dire si ce livre nous tentera lorsqu’on n’adhère pas à ce genre de pratiques sexuelles, mais parfois la curiosité peut prendre le dessus, comme ce fut le cas pour celui-ci.

L’auteure
Molly Weatherfield : Née à Brooklyn, elle est aussi critique littéraire et auteur de romans historiques. Dangereux plaisirs a été réimprimé seize fois depuis sa parution et s’est vendu aux Etats-Unis à plus de 250 000 exemplaires.

Prix : 17,05 €
Le livre « Dangereux plaisirs » de Molly Weatherfield est disponible dans sa version française ici (livraison gratuite) :

www.sentimentmoderne.com/librairie/?product=dangereux-plaisirs

banniere-nuitelastique-simple

banniere-nuitgirlpower-simple

Quelle est la différence entre domination féminine et gynarchie ?

La Domination féminine est une relation consentie entre une Femme et un mâle (son époux, son fiancé, son ami, etc.) fondée sur l’obéissance amoureuse de celui-ci.

La Gynarchie est une forme de société qui généralise à tous ses membres cette relation. La soumission des mâles y est obligatoire, toute révolte est réprimée. Toute Femme a le droit d’exercer sa Domination, outre sur le ou les mâles qui lui appartiennent, sur les mâles non accompagnés, quels que soient leur âge et leur condition sociale. Un mâle sans Maîtresse officielle (épouse, fiancée, mère ou soeur, etc.) sera confié par l’autorité gynarchique à une « tutrice légale ». Les relations amoureuses ou sexuelles entre les Maîtresses et leurs esclaves dépendent uniquement du bon plaisir des Maîtresses. En cas de faute grave, la Maîtresse peut punir elle-même l’esclave fautif ou le confier à l’autorité gynarchique pour une punition en public. Il ne lui est demandé aucun justificatif.