En Russie on assassine des gays grâce aux applications smartphone

Le 27 mars 2016, à Saint-Pétersbourg, Dmitry Tsilikinin un journaliste de 54 ans a été tué dans son appartement. L’auteur présumé du meurtre est Sergey Kosirev, un étudiant de 21 ans, qui a expliqué tout au long de son interrogatoire les raisons qui l’ont conduit à commettre son crime.
Il a dit qu’il était en mission spéciale pour nettoyer le monde des homosexuels. Et pourtant, en vertu de la loi russe cet assassinat n’a pas été reconnu comme un crime de haine.

Le 3 mai, à Moscou, un autre journaliste bien connu, Alexander Rubtsov a été assassiné à son domicile, comme Dmitry Tsilikinin.

Cela peut paraître fou, mais ces hommes et d’autres victimes LGBT en Russie rencontrent le plus souvent leurs agresseurs sur des applications telles que Hornet ou Grindr.

La surveillance publique montre que presque tous les jours une personne LGBT est attaquée en Russie. Cette année, plus de 100 crimes homophobes ont déjà été commis en Russie.

Dans la plupart des cas, les criminels se font passer pour des gays et utilisent des applications comme Hornet, Grindr ou autres pour trouver facilement des victimes. Ils s’introduisent ensuite chez leurs victimes pour les frapper, les humilier, leur faire du chantage, les menacer et vont même jusqu’à piller leur maison et appartement et voler de grosses quantités d’argent.

Les meurtriers postent ensuite sur les réseaux sociaux les preuves de leurs crimes.

Fetish Generation sur Facebook