Livre : « L’intelligence érotique », à lire de toute urgence, sans attendre les problèmes

Après avoir lu pas mal de livres sur le couple et celui-ci, « L’intelligence érotique » de Esther Perel est une synthèse enrichie de toutes les bonnes idées à retenir.
Que vous soyez un jeune couple ou un vieux couple, parents ou non, et que vous rencontriez un problème ou pas en ce moment, ce livre est fait pour vous.
Aussi simple et limpide que les hommes viennent de mars et les femmes de venus, ce livre est plus axé sur le sexe et ce que la frustration comme le manque de communication entraîne. Il tord le cou à des tas de préjugés et d’idées fausses bien trop implantées dans notre vision du couple moderne.
Un vrai vent de fraîcheur qui vous aidera dans votre couple ou dans vos futures rencontres sérieuses. Vraiment très bien écrit et traduit, il est fait pour les couples d’aujourd’hui, beaucoup de thèmes y sont abordés avec de très bonnes analyses sur ce qu’il faut faire ou non, dire ou éviter. Chacun de vous y trouvera ce qu’il est venu y chercher et surement plus encore pour corriger les petites frustration quotidiennes et sortir de la routine !
Vous vous comprendrez mieux, vous comprenez mieux votre conjoint et apprendrez les bons réflexes à conserver où à retrouver pour vivre en harmonie ensemble. A la lecture de cet ouvrage, retrouver la flamme du désir devient simple pour peu que votre couple le souhaite.
A lire de toute urgence, sans attendre les problèmes !
C’est un livre tout simplement extraordinaire. Le meilleur livre grand public sur le sujet à l’heure actuelle.

L’auteure
D’origine belge et francophone, Esther Perel est aujourd’hui installée comme thérapeute du couple et de la famille à New York. Elle est membre de l’Académie américaine de thérapie familiale et a longtemps travaillé sur le programme international d’études des traumatismes à l’université Columbia. Très médiatique, elle participe régulièrement aux grands shows américains.

  • Poche : 352 pages
  • Editeur : Pocket
  • Collection : Pocket
  • Langue : Français
  • Dimensions du livre : 10,9 X 17,8 c
  • Prix : 7,80 euros

Disponible par correspondance, sous pli discret) en 24 ou 48 heures en cliquant ici.

l-intelligence-erotique

Nouvel album de Saudelli : Bondage Palace

Voici enfin le second volume des aventures de « La blonde », cet album jusqu’ici indisponible en français a été tout spécialement mis en couleurs par Saudelli lui-même.
Dans cet album, la célèbre héroïne masquée est à la recherche d’un élixir de jeunesse, dans le monde de Babylonia et de son « Bondage Palace ». On y rencontre son ennemie jurée, Papesse Crimilde, secondée par Gary et Sue, deux cambrioleuses de bas étage. Un monde délirant où la sensualité est omniprésente et les hommes curieusement absents.
Un univers sexy où l’érotisme s’exprime avec des talons vertigineux et des cordes bien serrées.

extrait-blonde-bondage-palace

Franco Saudelli est né à Latina (Italie) et vit actuellement à Rome. Il débute sa carrière de dessinateur en 1977 dans l’hebdomadaire italien LancioStory. Il travaille pour les magazines Orient Express, Libération, Charlie Mensuel et édite chez Dargaud mais c’est la création de La Blonda (La Blonde) qui fait son succès. Il accède ainsi au gratin de la presse spécialisée Diva, Glamour, Selen et Blue. Il forme sa compagne d’alors, Giovanna Cassoto, qui participe à certains épisodes de La Blonde avant de voler de ses propres ailes et de trouver le succès (on retrouve chez elle le goût du fétichisme des pieds mis en avant par des plans caractéristiques).
Sortie : le 12 mai 2015.

Blonde2-bondage-palace-650px

La Bible du boudoir de Betony Vernon

On ne présente plus Betony Vernon et sa « philosophie  » du plaisir, née en Virginie d’un père américain et d’une mère anglaise, habite à Paris. Designer, elle est réputée pour ses créations de bijoux érotiques. Pionnière de l’anthropologie sexuelle, elle explore sans relâche tous les domaines où peut être brisé le tabou du plaisir. Elle est aussi consultante depuis de nombreuses années pour des individus en quête du plaisir des sens. Son livre est clair, très précis, très concret. Elle repositionne le plaisir au sein de la sexualité en y intégrant toutes les formes (ou presque ) des pratiques sexuelles sans tabou. A lire, relire….et mettre en pratique !
Le sexe, au XXIe siècle, n’est plus un tabou. Les médias en sont saturés, et l’industrie liée à la sexualité – des sex toys à la lingerie en passant par le cinéma pornographique – est florissante. Le plaisir en revanche en est toujours un, et c’est ce tabou que l’ouvrage de Betony Vernon a pour but principal de combattre. Sa mission est de donner aux femmes et aux hommes les moyens d’éprouver et de partager plus de plaisir, en aidant les amants à identifier les mythes qui les inhibent, à déraciner les fausses croyances et à prendre pleinement la responsabilité de leur satisfaction sexuelle. Avec l’érudition d’une historienne, l’esprit d’une artiste et la franchise d’une amie, elle encourage les expériences et le jeu, refusant toute catégorisation et toute inhibition.
Elle nous livre un guide détaillé et instructif en même temps qu’un manifeste invitant à célébrer l’art du sexe. Elle ouvre à son lecteur de nouveaux horizons, offrant des avis expérimentés sur des thèmes qui vont des plus basiques aux plus sophistiqués : comprendre son propre corps et celui de l’autre, faire durer le plaisir plus de deux heures, stimuler des zones érogènes trop souvent négligées, pratiquer le bondage, la flagellation érotique… Les propositions sont multiples et plus stimulantes les unes que les autres. Betony Vernon évacue toute honte et culpabilité du rapport sexuel et les remplace par la joie et l’extase. Les amants cultiveront ainsi la santé et la félicité érotiques, et cette profonde satisfaction sera le ciment d’une relation intime durable et harmonieuse.

« La Bible du boudoir » de Betony Vernon est disponible ici (livraison gratuite) :
www.sentimentmoderne.com/librairie/produit/la-bible-du-boudoir/banniere-nuitelastique-simple

Un deuxième tome de Poupée plus beau et plus hard

poupee-tome-2-pitek-1

La Maîtresse est nue sous sa combinaison moulante et quasi transparente, elle a réussi à fuir et Poupée, très court vêtue et sans culotte, a du mal à la suivre. Pas de chance, elles vont se font rattraper par trois voyous dans les bois qui vont les obliger à leur obéir. L’histoire pleines de détails nous balade dans les pires élucubrations sexuelles basées sur l’obéissance sexuelle.

poupee-tome-2-pitek-2

Mais Poupée a de la ressource et arrive à retourner finalement la situation. Pitek nous livre ici une excellente BD porno en couleurs, les dessins sont toujours aussi bons et crus que dans le premier tome mais les situations y sont plus poussées que dans le premier de la saga. Nous ne sommes plus dans la BD érotique, mais bien dans le hard pur et dur de qualité. Les images ne nous cachent rien, loin de là, des anatomies intimes de chacun et chacune.

poupee-tome-2-pitek-3

Après le succès du premier tome de Poupée, Pitek franchit aujourd’hui une nouvelle marche dans les extrêmes de la soumission avec de l’homosexualité forcée, de la transsexualité délirante, des sévices et du fétichisme, une suite encore la plus excitante, plus violente et plus perverse.

poupee-tome-2-pitek-4

Le tome de 2 « Poupée » de Pitek est disponible ici :
http://www.sentimentmoderne.com/librairie/produit/poupee-tome-2/

banniere-nuitelastique-simple

 

Carnet sexuel d’une femme de chambre

Léna est une jeune et jolie étudiante qui n’a pas froid aux fesses. Quoi de plus naturel, aujourd’hui, que de faire une fellation à son professeur de thèse qui le demande gentiment ? Et de se taper un maximum de mecs au mariage de sa meilleure amie ? Et, pour couronner le tout, tomber amoureuse d’un homme marié qui n’ose pas franchir le pas… Léna fait des ménages pour payer ses études et consigne par écrit le récit détaillé de ses aventures. Sa sensualité fait des ravages dans les familles bourgeoises pour lesquelles elle travaille : Virginie, l’épouse délaissée, se console sous ses caresses, tandis qu’un couple d’intellos l’initie aux plaisirs de la domination. Léna décoince un ado boutonneux et aide Louison à surmonter son divorce. Que ne ferait-elle pas pour rendre service avec son corps, totalement décomplexée, toujours à l’affût, absolument libre ? Un récit vif et insolent, comme la jeunesse.

En voici un extrait
Dimanche 9 octobre
J’ai un peu le trac.
Demain je commence un nouveau travail.
C’est un peu particulier, et j’ai plusieurs raisons d’être anxieuse. D’abord, je n’ai jamais travaillé de façon continue. Jusque-là j’ai toujours réussi à me débrouiller autrement. De jobs d’étudiants en petits boulots sans lendemain, je suis toujours parvenue à joindre les deux bouts, mais il vient un âge où la vie de bohème laisse un arrière-goût désagréable dans la bouche.
Il en est ainsi pour moi, en tout cas.
Ensuite mes besoins ont certainement évolué sans que je m’en rende vraiment compte, et je me demande même si mes modestes revenus à venir seront longtemps suffisants. Cela semble une éternelle fuite en avant !
Si la collocation sauvage d’une chambre d’étudiant m’a satisfaite un temps, j’ai ressenti au bout d’un an et demi le besoin d’un peu d’intimité. Mais la chambre minuscule que j’ai trouvée ensuite au bout d’une ligne de RER, aux confins de routes sans avenir et déprimantes, m’est assez vite apparue insuffisante pour entasser ma garde-robe, mes chaussures, mon maquillage, mes lotions, mes parfums, mes crèmes et mes livres, enfin, l’indispensable dans la vie. L’an dernier, un peu avant les vacances d’été, j’ai découvert mon Eldorado : une grande chambre avec un recoin toilette et un réchaud à gaz. La douche est une cabine en plastique posée dans un coin, mais c’est neuf, et surtout, c’est à deux minutes à pied de la station de métro de Maisons-Alfort, un peu plus loin que Charenton-le-Pont et Charenton-Écoles.
Ma dernière raison d’être inquiète est que je devrai aller chez des gens pour travailler. Entrer chez eux, me faire discrète s’ils sont là, déranger le moins possible, mais faire malgré tout ce pourquoi ils me payeront, le ménage de leur appartement.
Ho, ce n’est pas une vocation ! Mais j’ai calculé que quinze heures par semaine, en plus des allocations, devraient être suffisantes pour subvenir à mes besoins de base : me loger, manger, acheter de nouveaux vêtements et mes produits de maquillage. Il restera alors une seule dépense annuelle à satisfaire : les droits d’inscription à l’Université.
J’aviserai le moment venu.

« Carnet sexuel d’une femme de chambre » de Éric Mouzat est publié aux éditions La Musardine au format de poche, il compte 218 pages.
Il est disponible ici en cliquant ici.

carnet-sexuel-d-une-femme-de-chambre

banniere-nuitelastique-simple